C’est le bordel dans ma tête

20052008

Cet article sera peut être le dernier de ce blog, parce que je vais m’y livrer nettement plus que ce que je comptais en le créant. Mes poêmes principalement, couplés a cet articles, vous donneront peut être quelques clés pour me comprendre, mais pas entièrement. De toute façon, il y a des chances que ce soit long, et donc  peu de gens liront ces lignes…

cerveau.jpg

Tout a commencé assez jeune, j’ai pris la ferme décision de ne plus être à l’écoute de mes émotions. Vous vous direz sans doute que c’est impossible, et vous avez raison. Mais l’esprit est maléable, et j’ai fini par y croire vraiment, et ça a marché… Mais comment être heureux ou triste si on n’éprouve rien ? on ne peut pas… Une infirmière spécialisée (comprendre psy) que je voyais au secondaire m’a dit un jour que j’intellectualisais trop… Elle avait presque raison : j’intellectualise tout. Pendant longtemps, mes rires et mes pleurs n’ont pas été spontanés, mais le résultat d’une analyse froide des diffrentes situations.

Il devenait important de développer une certaine forme empathie, afin d’avoir une réponse appropriée. Je me suis lancé dans le langage non verbal, la programmation neuro-linguistique… Très intéressant d’ailleurs. Et tout se passait très bien… D’ailleurs, de la personne craintive et solitaire, j’ai fini par devenir… disons un modèle de réussite sociale : je connais beaucoup de monde, beaucoup de monde me connait, je me suis investi dans la représentation de mes camarades lycéens ou étudiants, je parait à l’aise face a un public, j’ai fait parti d’assos…

Mais voila… de temps à autre, sans explication et depuis quelques années, il m’arrive de resentir des période de creux, de déprime… Je ressens le besoin de m’isoler, de m’allonger dans le noir, et de mettre l’adagio d’Albinoni… le pic durait quelques heures, la période de déprime 2 ou 3 jours, et ça passais… Mes récemment, les phases de déprimes sont devenues plus fréquentes, et plus intenses. Et jai fini par me dire que c’était peut etre mon armure qui s’effritait…

Et là, je suis en plein désarroi… que dois-je faire ? finalement, contrairement à ce que pensent les gens, je suis cruellement faible. J’ai parfaitement conscience de passer à côté de plein de choses bien, mais je ne suis passûr de pouvoir affronter mes propres démons. J’ai le sentiments que je suis quelqu’un de possessif et jaloux, même en dehors d’une relation de couple, alors que je me bat contre ça. Si je me laissais aller, que se produirait-il ? D’un autre côté, dans l’état actuel, on peut penser de moi que je trompe tout le monde, ce qui n’est pas faux… puisque je ne montre jamais à personne ce que je suis vraiment.

Je ne suis que contradictions, mes pensées s’embrouillent. Et si j’étais capable de décider de faire confiance à quelqu’un ? non, c’est trop tôt… Puis-je être amoureux ? ce serait encore pire… M’investir dans une relation d’amitié ? mais pour ça, il faudrait faire confiance… Je suis un peu perdu…

Finalement, je crois que je vais faire comme d’habitude… Je vais attendre, ca passera… et j’attendrai la prochaine fois…

 

 




Ma prison

19052008

  cielbarreaux2.jpg

Mais quels sont ces barreaux m’empêchant de bouger ?
Et qui est ce bourreau qui prétend m’entraver ?
J’essaie d’ouvrir les yeux mais ceux-ci restent clos,
Je suis tout miséreux piégé dans cet enclos.

Voyons, réfléchissons… Qui pourrait faire cela ?
Pourtant aucun maillon ne semble être sur moi…
Je me sens isolé, personne aux alentours
Pour m’avoir attaché en haut de cette tour.

Je crois avoir compris, la solution est là
Le seul à être ici fautif de mon état
Et bien c’est mon esprit, ce traître scélérat !

Il bâtit de partout des murs contre mon gré
Et il en fait beaucoup pour pouvoir me priver
Du seul de mes atouts, ma vie : ma liberté…

 




la pleine lune…

19052008

La pleine lune m’inspire… voici un premier jet d’un poême écrit sur mon trajet de retour hier soir… Il demande à être complêté et retravaillé, mais ce sera peut etre mon retour à l’écriture… En tout cas, je sais qu’il est un peu sombre… tant pis…

vampirelune.bmp 

Lors de la Plein lune, ma conscience s’évade,
laissant mon âme à nu, en proie aux fils de Sade.
Mon esprit corrompu ainsi peut s’exprimer
avant que je n’ai plus la joie de m’abreuver,
de boire tout ce sang s’échappant lentement
des plaies que j’ai causées sur ton corps lacéré…




Moral, conscience…

4052008

Ces derniers temps, une question me revient souvent… Ai-je une morale, ai-je une conscience ? Et déjà, quelle différence entre les deux ?

La conscience est un concept assez large, qui semble être intimement lié au vécu et à la perception. Certains diront qu’elle n’est qu’un processus physiologique. La conscience permet d’interagir avec le monde qui nous entoure, sans notion de bien ou de mal. De ce point de vue, assurément j’ai une conscience.

La morale, elle, revêt un aspect plus religieux ou éthique. La morale juge et déclare ce qui, selon le sens commun, est bien ou mal. Elle ne résulte pas d’un cheminement intérieur mais d’un code extérieur, que l’on s’est ou non approprié depuis l’enfance. Ainsi, il est difficilement possible de ne pas avoir de morale du moment qu’on a vécu avec d’autres personnes. Du coup, j’ai aussi une morale.

Mince… Contrairement à ce que je croyais, j’ai non seulement une conscience, mais pire : j’ai une morale. Oui mais… Il se trouve que j’ai aussi un libre arbitre. C’est à dire que j’ai, en tout cas je l’espère, la capacité de ne pas me faire prendre pour un con… Enfin, plus académiquement, j’ai suffisamment d’autonomie intellectuelle pour discerner et choisir. Mais c’est là qu’intervient la ruse… Ce libre arbitre s’applique en général envers l’extérieur. J’ai choisi de l’appliquer aussi envers ma morale et ma conscience.

Ma conscience : Avoir vécu un certain nombre d’année permet de connaitre les codes sociaux de base. On peut ainsi mimer les interactions plutôt que de les vivre (malsain ? oui, très surement, mais aussi tellement plus prudent). Intellectualiser les relations permet en plus de na pas fauter par trop de spontanéité.

Ma morale : je me suis construit mes propres notions de bien et de mal à partir de plusieurs sources, dont la religion, la loi, le code commun et la logique. Et bien entendu, les parts ne sont pas égales : j’ai accordé une grande importance à la logique, souvent en contradiction avec les 3 autres. La religion edicte souvent des règles désuètes, contraignantes et sans justification (ce qui ne veut pas dire que ces règles sont toujours mauvaises), la loi s’évertue a être juste pour chacun, ce qui n’a pas de sens, et le code commun est principalement basé sur la peur de l’inconnu et des préjugés. Après tout, pourquoi quelque chose d’agréable serait immoral, du moment que certains principes sont respectés ? Je respecte une  trame de fond dont le fondement pourrait être emprunté au monde médical : primum non nocere. Partant de la, tout est « moral » selon moi, sauf s’il ne respecte pas ma « trame de fond ». Et encore, à mon sens, je suis toujours trop catégorique…




J’arrive pas à réviser…

4052008

Je sais pas vraiment ce qui m’arrive…

En cours déjà, il est rare que je ne dorme pas au moins un petit quart d’heure. Mais là c’est catastrophique : je m’endors dès que je touche à un cours. Ca va être marrant de rattraper le carnage du premier semestre… Hier encore, j’étais chez mon oncle et j’avais la ferme intention de bosser. Je me suis donc installé au bord de sa piscine, sur une confortable chaise longue, j’ai mis un fond de Chopin et j’ai commencé a lire mon cours (de l’épidémiologie… que du bonheur). Ben ça n’a pas loupé, au bout de 3 pages, je me suis endormi… Et je suis resté dans cet état léthargique environ 4h…

Certaines mauvaises langues diront que je n’ai pas tout fait pour travailler dans de bonnes conditions… Je n’en crois rien. Enfin, ça ne change rien au problème : il faut que je trouve rapidement une solution…







Mots perdus dans les temps ! |
lolypop38 |
EMOTIONS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Blog de Nel en Chine
| Maladie de Hirschsprung
| Maigrir toujours et toujour...