• Accueil
  • > Archives pour février 2007

Caline, ma boule de poils

3022007

chien.jpg

Voilà, suite à la demande générale de 1 personne, je met une photo qui concerne ma vie privée. une petite photo de mon chien préféré (je n’en ai qu’un…) qui a toujours cru que j’étais un jouet et pas un humain. Du coup, je suis la seule personne qu’elle mord, mais c’est pas bien méchant (et puis, je le lui rend bien…). Elle fait environ 20 cm de haut, 50 cm de long (sans compter la tête ni la queue), mais attention, elle aboit fort et ca fait très peur !




Diogène

3022007

 

diogene.jpg

 

J’entends déjà les questions des rares personnes qui auront eu la patience de me lire… et qui me connaissent. Mais pourquoi donc fait-il du secourisme, des études de médecine, du bénévolat dans plusieurs associations… alors qu’il a une vision si négative de l’humanité ?
C’est une bonne question, et qui mérite une réponse. En premier lieu, je serais tenté de répondre comme Diogène, quand on lui demandait pourquoi il se promenait nu, la nuit, avec une lanterne à la main : « Je cherche un homme ». Oui, peut être que c’est ce que je fais aussi, je cherche un homme… Quelqu’un qui me fera changer d’avis… Diogène, père du cynisme, était un homme remarquable. Mon prof de philo en terminale pensait que j’étais plutôt un disciple de Schopenhauer, à l’origine du mouvement philosophique du pessimisme… Mais non, j’ai une nette préférence pour Diogène. C’était pour moi un grand homme…

Bon, j’arrête mon interlude philosophique… Je disais que je cherchais toujours celui qui me fera changer d’avis… Peut-être n’est-ce pas tout a fait exact. En réalité, je crois avoir déjà changé d’avis, mais je suis trop fier pour me l’avouer… Disons que j’ai appris, avec le temps, à différencier la masse de l’élément. L’humain pris dans sa globalité m’écoeure ! Mais chaque individu… enfin, beaucoup d’individus… ou plutôt certains individus… oui, quelques individus pris dans la masse sont d’une pureté resplendissante. Ils ont quelque chose en eux de transcendant, et ceux là méritent qu’on fasse des efforts pour tous les autres…




La tristesse de la vie dun homme

3022007

Quoi de plus triste que la vie d’un homme ? Celle des animaux n’est faite que d’instincts, mais l’homme est capable d’éprouver toute une gamme de sentiments, eux-mêmes nuancés par des valeurs morales propres à chaque individu.
Ainsi, selon l’humain en question, la haine peut tout aussi bien être une émotion néfaste qu’un pas vers la perfection. De plus, des sentiments totalement opposés peuvent être infiniment proches. L’exemple le plus courant est celui de l’amour et de la haine : l’amour est l’attirance pour quelqu’un et la haine l’attirance pour ce qu’il n’est pas. Un autre trait caractéristique des humains est la loyauté. Avec nous, il vaut parfois mieux faire confiance à son pire ennemi qu’à un ami. Henry Millon de Montherlant ne disait-il pas : « Vivent mes ennemis. Eux du moins ne peuvent pas me trahir » ? Ce pire ennemi est d’ailleurs souvent très proche de nous. Voici donc en résumé l’un de nos plus grands défauts : la difficulté à différencier la proximité de l’opposition.
Mais ce n’est pas la seule târe de notre espèce. Nous sommes tous contraints de ne pas être nous-même. Par respect, pour ne pas choquer, ne pas contrarier, ou encore par habitude. Le dialogue doit très souvent être ampoulé, plat, et loin de la pensée pour être acceptée par l’interlocuteur. Qui répond toujours sincèrement quand on lui demande comment il va ? Mais ce n’est pas tout : la convoitise, l’envie de dominer, d’être supérieur ou de d’avoir toujours raison ne sont que quelques autres exemples.
Que ce soit le résultat de la civilisation ou du progrès, ou qu’il soit comme ceci par nature, il n’y a en l’homme que des aspects complexes et sordides, nuisants et détestables. En conclusion, puisque l’être humain n’a pas choisi sa vie, je serai tenté d’affirmer que cette dernière est des plus triste…




Exhortation au combat

3022007

Comme vous l’avez probablement remarqué, j’ai toujours eu tendance à être sombre… Cela ne voulait pas pour autant dire que je ne m’amusais jamais. Sur internet, nous avions formé dans une lointaine époque un groupe virtuel de combattant visant à détruire l’humanité (nos incarnations webiennes n’en faisant pas partie). De préférence, bien sûr, avec beaucoup de souffrance. Chacun de nous devais contribuer a l’oeuvre… Voici une de mes non-contribution, puisque finalement, je n’avais jamais rien publié sur le site…

Ô hardis compagnons, allons droit de l’avant
Et ne nous arrêtons que devant les enfants,
Mais aussi leurs parents, les autres innocents,
Les vieux, les biens portants, les vidant de leur sang.

Tuons ces vils humains et mangeons leur cerveau,
Ou de nos propres maons enlevons leur la peau.
Crevons d’abord leurs yeux et pendons les bien haut,
Et allumons sur eux un feu… Pour qu’ils aient chaud.

Nous prendrons notre temps pour qu’ils souffrent beaucoup
Avec nos longues dents nous les mordrons au cou,
Faisant jaillir leur sang à grand flots bouillonnants.

Tout ce qu’ils auront fait, nous leur ferons payer.
Ils pourront supplier pour nous faire plier,
Nous, nous serons content de les voir agonisant

Je ne peux pas m’empêcher de remarquer que le dernier vers fait 13 pieds… et je ne me souviens plus si c’était une erreur ou si c’était fait exprès…




Cruelle désillusion

3022007

Arf… je me rends compte en relisant mes petits papiers que mon style était vraiment enfantin… Que penserai-je de ce que j’écris aujourd’hui dans quelques années ? Enfin, de toute façon, on ne peut pas défaire le passé…







Mots perdus dans les temps ! |
lolypop38 |
EMOTIONS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Blog de Nel en Chine
| Maladie de Hirschsprung
| Maigrir toujours et toujour...