• Accueil
  • > Archives pour novembre 2006

événement

25112006

Bon, cessons un instant ces ressassements du passé, et pensons au futur. Quel est l’intérêt d’un blog, après tout, si on n’y raconte pas sa vie…

Alors, qui suis-je ? Eh bien, pour le moment, un hypoactif refoulé… J’essaie de me convaincre que je fais pleins de choses dans ma vies, et ça marche plutôt bien. Si bien que je n’ai pas même le temps de réviser (comment ? c’est une mauvaise excuse ?). Mais je vous raconterez peut-être ma vie une autre fois. Ce qui est important, ici et maintenant (en fait non, ce n’est pas ici, ce sera dans un resto glauque de Marseille, et ni maintenant, puisque ce sera dans un peu moins de 3 semaines, enfin je l’espère…), c’est… Mon futur faluchage.

Oui, moi, le sobre et intègre personnage que vous connaissez (ou peut-être faites-vous parti de 1. ceux qui ne me connaissent pas, ou 2. ceux qui ont déjà percé à jour ma couverture) va faire parti de ce groupe d’étudiants qui passent leur temps à boire et à chanter des chansons paillardes…

Mais en réalité, c’est une vision un peu réductrice du monde des faluchés. C’est cette vision que j’en avais il n’y a pas si longtemps que ca. Mais mon point de vue a grandement changé. Je ne peux que vous conseiller d’aller vous renseigner en parlant avec des faluchés, ou en cherchant un peu sur Internet.

Dans tous les cas, pour moi, le grand jour approche… Je porterai enfin ce digne chapeau, que chaque étudiant devrait être fier d’exhiber…




Oubli

25112006

Tiens, un autre daté ! Ce doit être la loi des séries. Celui ci est un peu moins pessimiste que les autres… quoi que… Il date de la nuit qui a joint les 22 et 23 juin 2001.

Je ne sais pas ce que je ressens…
De l’amour, peut-être, surement,
Mais il demeure un doute, pourtant,
Un vide ou un flou incohérent…

Je ne me souviens plus de toi
Si ce n’est ta main sur mon bras,
L’espace entre nous si étroit,
Ton corps qui s’éloigne de moi.

Il y a ta voix aussi
Que j’entends encore ici,
Blotti au fond de mon lit,
Tout seul avec mon esprit.

Je ne t’ai plus revu
Car tu as disparu
Au coin de cette rue…
Pourtant, si j’avais su…




Espoirs déchus

25112006

En voici un que j’ai daté (c’est un fait rare…). C’était un soir, celui du 4 janvier 2000…

J’ai, pendant trop longtemps, cru en l’espoir, en la vie,
Pour croire maintenant en des passions endormies,
En des événements qui se sont un jour produits,
Mais aussi qui, souvent, sont le fruit de nos oublis.

Je remarque tout le temps que des rêves s’effondrent,
Disparaissent, insignifiants, en laissant se morfondre
Les malheureux conquérants, qui décident sans nombre
De partir dans l’autre camp, de rejoindre les ombres…

Et tous ces sentiments qui envahissent le monde,
Faisant languir les gens par des promesses immondes.
Ils ne s’aperçoivent pas que tout est rêverie,
Ils ne s’aperçoivent pas que la vie est finie…




Corruption

25112006

Encore une oeuvre tourmentée…

Se tournant dans son lit et ne sachant que faire
Il n’est pas endormi cet enfant solitaire.
Il reste silencieux, pourtant il désespère
De pouvoir dire adieu aux ombres de l’Enfer…

Dès qu’il ferme les yeux des murmures s’élèvent
Du sol soudain brumeux, et d’un coup il se lève
Tout trempé de sueur pour regarder en bas,
Tout tremblant, de terreur, car il ne fait pas froid.

Mais comme il ne voit rien si ce n’est un reflet
Du soleil du matin sur sa vitre fermée
Il croit devenir fou et avoir des visions.

Le soleil est levé et il n’a pas dormi.
Il est très fatigué car depuis plusieurs nuits
Il reste en vain debout à perdre la raison.

Et caché dans les ombres un esprit noir sourit,
Le coeur encor’ plus sombre que son corps, pourri.

Ce spectre décharné qui ne pense qu’au mal
Tout comme l’humanité, pas comme l’animal.

Et il a réussit avec ce pauvre enfant
A créer un maudit avec un innocent.




passé présent

19112006

Voici un sonnet que j’ai écrit plus jeune. Au lycée, ou peut être au collège, je ne me souviens plus. D’autres suivront, j’ai été très créatif par le passé…

Ces passions endormies sans raison bien valable
Je veux les exhumer et les rendre lavables,
Pouvoir les oublier et hurler au dehors
Tout ce que j’ai écrit pour me rendre plus fort.

Pourquoi vivre avec ça quand on peut s’en passer ?
Toutes ces émotions qui ne font qu’encombrer,
Endiguer les actions que nous voudrions faire ?
Moi je ne le veux pas, c’est pour cela que j’erre.

Toujours sans but aucun vadrouiller tout le temps,
Se perdre dans un coin tout en réfléchissant
A comment s’en sortir, à comment s’évader,

Sans jamais pour autant oublier le passé,
Détourner le présent, le futur supprimer.
Je ne veux pas mourir, juste me libérer…







Mots perdus dans les temps ! |
lolypop38 |
EMOTIONS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Blog de Nel en Chine
| Maladie de Hirschsprung
| Maigrir toujours et toujour...